Une introduction aux vanités dans l’art

Une peinture « vanitas » est un style particulier de nature morte qui était immensément populaire aux Pays-Bas à partir du 17e siècle. Ce style comprend souvent des objets banals tels que des livres et du vin, et on trouve également de nombreux crânes dans ce type d’œuvres. Ils sont destinés à rappeler aux spectateurs leur propre mortalité et la futilité des poursuites mondaines.

introduction aux vanités dans l'art 1

source : wikimedia.org

Les peintures « Vanitas » nous rappellent les vanités.

Le mot vanitas signifie « vanité » en latin et c’est l’idée qui se cache derrière un tableau vanitas. Ils ont été créés pour nous rappeler que notre vanité ou nos possessions et poursuites matérielles ne nous excluent pas de la mort, qui est inévitable.

Cette expression nous vient d’un passage biblique de l’Ecclésiaste. Dans la version du roi Jacques (« Vanité des vanités, dit le prédicateur, vanité des vanités ; tout est vanité »), le mot hébreu « hevel » a été incorrectement traduit par « vanité des vanités », alors qu’il signifie « sans signification, sans intérêt, inutile ». Sans cette légère erreur de traduction, la vanitas serait à juste titre qualifiée de « tableau sans signification », ce qui est loin de l’intention de ses créateurs.

Quels sont les principaux éléments présents dans une peinture vanitas ?

Dans les vanités, les objets représentés sont des motifs liés à la fragilité et à la brièveté de la vie, au passage du temps, à la mort. Un tableau de vanité, bien qu’il puisse contenir des objets charmants, comporte toujours une référence à la mortalité de l’homme. Il s’agit le plus souvent d’un crâne humain (avec ou sans autres os), mais des objets tels que des bougies allumées, des bulles de savon et des fleurs en décomposition peuvent également être utilisés à cette fin.

D’autres objets sont placés dans la nature morte pour symboliser les différents types de poursuites mondaines qui tentent les humains. Par exemple, les connaissances profanes, comme celles des arts et des sciences, peuvent être représentées par des livres, des cartes ou des instruments. La richesse et le pouvoir ont des symboles tels que l’or, les bijoux et les bibelots précieux, tandis que les tissus, les tasses et les pipes peuvent représenter les plaisirs terrestres.

Au-delà du crâne pour représenter l’impermanence, une peinture vanitas peut également inclure des références au temps, comme une horloge ou un sablier. Il peut aussi utiliser des fleurs en décomposition ou de la nourriture en décomposition. Certaines peintures incluent également l’idée de résurrection, représentée sous la forme de brins de lierre et de laurier ou d’épis de maïs.

Pour renforcer le symbolisme, il existe des vanités dans lesquelles les objets sont désordonnés par rapport à d’autres natures mortes très ordonnées. Ceci est destiné à représenter le chaos que le matérialisme peut ajouter à une vie pieuse.

L’art vanitas est très proche d’un autre type de peinture de nature morte, connu sous le nom de memento mori. Ce style, qui signifie en latin « souviens-toi que tu dois mourir », tend à n’inclure que des objets qui rappellent la mort et s’abstient d’utiliser des symboles matérialistes.

Un rappel religieux

introduction aux vanités dans l'art 2

source : wikimedia.org

introduction aux vanités dans l'art 3

source : wikimedia.org

Les vanités n’étaient pas seulement des œuvres d’art, mais portaient également un important message moral. Elles étaient destinées à nous rappeler que les plaisirs insignifiants de la vie sont brusquement et définitivement supprimés par la mort.

Il est douteux que ce genre aurait été populaire si la Contre-Réforme et le calvinisme ne l’avaient pas poussé. Les deux mouvements, l’un catholique et l’autre protestant, se sont produits au moment où les peintures de vanités devenaient populaires, et les spécialistes les interprètent aujourd’hui comme un avertissement contre les vanités de la vie et une représentation de la morale calviniste de l’époque.

Comme l’art symbolique, les deux efforts religieux soulignent la dévaluation des possessions et de la réussite dans ce monde. Au contraire, ils ont concentré les croyants sur leur relation avec Dieu en vue de la vie après la mort.

Les peintres de vanités

La période principale des peintures de vanités a duré de 1550 à 1650 environ. Il s’agissait à l’origine de natures mortes peintes au dos de portraits en guise d’avertissement explicite au sujet, et elles sont devenues des œuvres d’art exceptionnelles. Le mouvement était centré dans la ville néerlandaise de Leyde, un bastion protestant, bien qu’il ait été populaire dans toute la Hollande et dans d’autres régions de France et d’Espagne.

Au début du mouvement, les œuvres étaient très sombres. Vers la fin de la période, cependant, les choses se sont un peu éclaircies. Le message des peintures vanitas est que, bien que le monde soit indifférent à la vie humaine, la beauté du monde peut être appréciée et contemplée.

Considéré comme un genre caractéristique de l’art baroque néerlandais, plusieurs artistes étaient célèbres pour leurs œuvres de vanité. Parmi eux, des peintres néerlandais tels que David Bailly (1584-1657), Harmen van Steenwyck (1612-1656) et Willem Claesz Heda (1594-1681). Un certain nombre de peintres français ont également travaillé dans le genre des vanités, le plus connu d’entre eux étant Jean Chardin (1699-1779).

Un bon nombre de ces vanités sont aujourd’hui considérées comme de grandes œuvres d’art. Il existe également plusieurs artistes modernes travaillant dans ce style. Nombreux sont ceux qui s’interrogent sur la popularité des peintures vanitas auprès des collectionneurs ? Après tout, le tableau lui-même ne devient-il pas un symbole de la vanité ?

Comment reconnaître une vanité ?

introduction aux vanités dans l'art 4

source : wikimedia.org

Comme nous l’avons déjà mentionné, les vanités représentent des objets qui symbolisent la brièveté de la vie, le passage du temps et la mort. Le message à transmettre est la futilité des plaisirs du monde face à la certitude de la mort, encourageant l’adoption d’une vision stoïque de la vie. Les éléments les plus couramment utilisés pour symboliser ces concepts sont le crâne humain, parfois accompagné d’autres os, des bougies allumées qui se consument ou des fleurs fanées.

Quel pays représente le mieux les vanités ?

De nombreux artistes ont travaillé sur ce type d’art, mais si nous devons nommer les territoires qui ont le plus et le mieux travaillé sur ce genre, ce sont ceux-là : Les Pays-Bas, la Flandre, la France, l’Allemagne, l’Italie et l’Espagne.

Les vanités sont nées à l’époque baroque aux Pays-Bas. Dans ce pays, les natures mortes, ainsi que les paysages, ont connu un grand succès, tout comme les vanités, car leur caractère moralisateur correspondait à la religion calviniste rigide de l’époque, tandis que leur détail et leur précision visuelle correspondaient à l’intérêt scientifique de la société néerlandaise de l’époque. Elle se développe surtout à l’école de Leyde, bastion calviniste où se forge une atmosphère intellectuelle et religieuse favorable à la représentation de scènes rejetant les plaisirs et les richesses du monde, comme le préconise le théologien réformateur français André Rivet, qui enseigne à Leyde de 1620 à 1632.

Quelle est la différence entre une nature morte et une vanité ?

La vanitas est un genre au sein du genre de la nature morte, caractéristique du baroque. Il représente l’éphémérité de la vie, le fugace, l’insignifiance des choses matérielles, les plaisirs terrestres et la fragilité de l’existence. La Bible, représentée simplement comme un livre ouvert, est la clé pour comprendre une vanité, ce qui la distingue d’une nature morte ordinaire.

Une vanité est généralement peinte avec un réalisme méticuleux et les objets qui la composent sont tous symboliques. Ils représentent, outre la mort et la brièveté de la vie, toutes les richesses, la beauté, le savoir et les autres plaisirs terrestres qui prennent bientôt fin. C’est pourquoi on trouve généralement des crânes, des bougies qui s’éteignent, des bulles de savon, des horloges, des fruits pourris, des fleurs fanées, des boissons, des instruments de musique, des livres, des armes et des bijoux.

Qui a peint des vanités ?

introduction aux vanités dans l'art 5

source : wikimedia.org

De nombreux artistes ont travaillé dans ce genre. Aux Pays-Bas, les frères Harmen et Pieter Steenwijck étaient les plus en vue. Parmi leurs œuvres figurent les Vanités (1640-1645, The National Gallery, Londres). Deux des meilleurs peintres néerlandais de natures mortes, Pieter Claesz et Willem Heda, ont également travaillé la vanité. Parmi les grands noms de la peinture hollandaise qui ont traité le sujet, on trouve Frans Hals, et l’un des peintres les plus influents de son époque, Rembrandt, a traité le sujet dans « Le bœuf écorché ».

En Flandre, les œuvres de Vanitas ont subi une influence néerlandaise marquée, bien qu’elles aient également adopté avec le temps les caractéristiques de l’école flamande, marquée à l’époque par la figure de Rubens. Un excellent représentant du genre était Pieter Boel, un autre grand interprète du genre était Adriaen van Utrecht et Hendrick Andriessen s’est également spécialisé dans les vanités, dont une dizaine sont connues dans divers musées.

En France, le genre a été introduit par la communauté des peintres flamands de Saint-Germain-des-Prés, notamment N.L. Peschier et Sébastien Bonnecroy, ainsi que Sébastien Stoskopff, originaire d’Alsace mais membre de ce groupe. Une variété de vanités centrées sur les cinq sens était courante dans ce pays : la vue était généralement représentée par des miroirs, l’ouïe par des instruments de musique, le toucher par de l’argent ou des jeux de société, l’odorat par des fleurs et le goût par de la nourriture. Parmi ceux-ci, citons « L’été ou les cinq sens » de Sebastian Stoskopff (1633, Musée de l’Œuvre Notre-Dame, Strasbourg), « Damero » de Lubin Baugin (Musée du Louvre, Paris) ou « Les cinq sens » de Jacques Linard (Musée du Louvre, Paris).

Certains des meilleurs artistes français du siècle ont également abordé le genre, comme Georges de La Tour, le meilleur représentant dans son pays du naturalisme caravagesque. Un autre grand représentant fut Nicolas Poussin, dans ce cas un représentant de la ligne classique.

En Allemagne, ce genre était étroitement lié au thème du « sentiment de mort » intrinsèque à la culture allemande. Johann Georg Hainz, Johann Heinrich Schönfeld, Jacob Marrel, Abraham Mignon, Johann Andreas Graff et Leonhard Kern sont dignes de mention.

En Italie, la peinture baroque est marquée par deux tendances opposées : le naturalisme, caractérisé par une représentation réaliste de la nature et de la société, dont le plus grand représentant est le Caravage, et le classicisme, qui recherche une représentation idéalisée de la nature. Parmi les artistes notables en Italie figurent Cecco del Caravaggio, Guercino, Salvator Rosa, Giuseppe Recco, Domenico Fetti, Giovanni Martinelli et Pier Francesco Cittadini.

En Espagne, la vanité est arrivée sous l’influence des Hollandais et des Flamands, mais elle a rapidement acquis ses propres caractéristiques. Dans l’Espagne de la Contre-Réforme, le genre acquiert un sens fortement religieux, visant la réflexion et la pénitence, avec une composante plus pessimiste, bien qu’également ouverte au sens de la rédemption. D’autre part, dans ce pays, la vanitas avait un fort substrat provenant de la littérature, qui à cette époque était prodigue en réflexion sur la mort, dans des œuvres telles que : L’Art de bien mourir, de Rodrigo Fernández de Santaella ; les Exercices spirituels, de Saint Ignace de Loyola ou le Traité sur la vanité du monde, de Fray Diego de Estella.

Le genre vanitas a donné naissance à deux noms exceptionnels en Espagne : Juan de Valdés Leal et Antonio de Pereda. Parmi les grands noms de l’époque, divers artistes ont traité occasionnellement le sujet, comme José de Ribera, Bartolomé Esteban Murillo et Francisco de Zurbarán.

Par la suite, à partir du XVIIIe siècle, de grands noms des arts ont continué à travailler dans ce genre, parmi lesquels on peut citer les suivants : Francisco de Goya, Paul Cézanne, Vincent van Gogh et Gustav Klimt.

introduction aux vanités dans l'art 6

source : wikimedia.org

introduction aux vanités dans l'art 7

source : wikimedia.org

Quelles leçons de morale les vanités encouragent-elles ?

La vanité, en exposant des éléments triviaux de la vie terrestre, sert à rappeler au spectateur que ces choses de la vie quotidienne sont différentes de Dieu, et ne sont en aucun cas essentielles. Les fruits, souvent présents, le sont pour montrer le caractère éphémère de la vie. Plus explicitement, un crâne soutient souvent cet argument. Le crâne fait référence au crâne d’Adam, souvent représenté au pied de la croix du Christ, pour faire revivre l’histoire du péché originel, et de l’immortalité de l’homme perdue par le péché.

Quelles sont les deux significations du mot vanité ?

Les deux significations de ce mot sont : Arrogance, haute admiration pour soi-même, autosatisfaction exagérée et expiration des choses de ce monde, caractère de ce qui est vain, futile, vide de sens.

A voir aussi sur le blog

Sélection produits Septembre 2021

produit tête de mort 1

Femmes Crâne Imprimer Taille Plus Casual Tenue Décontractée Col V À Manches 3/4 Robe

produit tête de mort 2

Sac en Tissu avec imprimé tête de Mort, Fermeture à Bouton Pression, Sac à Main, Sac de Course, Sac, Unisexe 02012194, Couleur:Noir

produit tête de mort 3

Boucles d`oreilles pendantes à levier en argent sterling 925 avec tête de mort et papillon - Style vintage - Noir

produit tête de mort 4

JACK & JONES - T-shirt à col rond MUSTHAVE pour homme

produit tête de mort 5

Homme Analogique Quartz Montre Tête de Mort Avec Acier Inoxydable Grand Cadran (Noir)

produit tête de mort 6

Jewelry - Bague Chevalière Crâne Adam Tête de Mort Croix Templier Acier Argenté Biker Triker

Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Home Blog